Di Grassi la revanche à Londres


Lucas Di Grassi a privé Jake Dennis d'une seconde victoire à domicile à l'E-Prix de Londres grâce à une démonstration tactique, alors que Stoffel Vandoorne a mis une main sur le titre mondial avant la finale de Séoul. Une excellente décision d'enchaîner les deux premiers modes attaque a donné à Lucas Di Grassi l'avantage sur Jake Dennis, puisqu'il est revenu derrière le pilote britannique en dépit de sa stratégie décalée. Le Brésilien a simplement dû attendre que les autres aient utilisé l'attack mode pour hériter de la première place, accélérant le rythme par la suite afin d'assurer que Dennis ne puisse pas le rattraper. Dennis avait conservé la tête de la course au premier virage et semblait bien gérer son avance sur Di Grassi lors des dix premiers tours. La règle d'activation de l'attack mode était différente par rapport à la première course, avec trois activations de quatre minutes. Di Grassi l'a fait au dixième tour la première fois, Dennis l'imitant au passage suivant, mais dès les quatre minutes écoulées, le pilote Venturi a fait l'undercut avec son second mode attaque. Lorsque Dennis a fait de même, il a réduit l'écart mais n'a pas pu repasser devant. L'Anglais a récupéré la tête avec la troisième activation de Di Grassi et a résisté ; il lui a alors été demandé de tenter de creuser l'écart pour éventuellement reprendre l'avantage avec le mode attaque, mais son avance a culminé à neuf dixièmes, et il n'est pas parvenu à réduire l'écart avec la puissance supplémentaire – bien au contraire : Di Grassi s'est envolé. Dennis a dû résister à la pression de Nyck de Vries en fin d'épreuve. Le pilote Mercedes s'était battu avec les deux Antonio dans les premiers tours – Giovinazzi et Félix da Costa – mais le premier a écopé d'un drive-through pour un excès de puissance, tandis que le second est passé derrière De Vries vers la mi-course. Stoffel Vandoorne est remonté de la 13e place sur la grille à la quatrième alors que ses rivaux pour le titre vivaient un après-midi cauchemardesque, ce qui lui donne 36 points d'avance sur Mitch Evans, contraint à l'abandon dans les derniers tours alors qu'il était lui-même quatrième. Edoardo Mortara, 13e après une pénalité pour un accrochage avec Maximilian Günther, et Jean-Éric Vergne, accidenté, n'ont pas marqué de points non plus.