Assurland

La Formule E vise 15 E-Prix cette année


Malgré la difficulté d'organiser des courses au cœur de grandes villes dans le contexte créé par le COVID-19, la Formule E souhaite une saison 2020-2021 avec 15 courses, le nombre le plus élevé de son Histoire, avec l'espoir d'accueillir des spectateurs. La Formule E a annoncé les dates de six manches supplémentaires de son calendrier 2020-2021 avec l'apparition de Valence, le premier circuit permanent à accueillir la catégorie pour un E-Prix. Le championnat de monoplaces électriques a pour habitude de se produire dans les rues de grandes villes, ce qui pose des difficultés avec les mesures de restrictions imposées aux quatre coins du monde en raison de la pandémie de COVID-19. Le calendrier est donc dévoilé par phases, le contexte actuel privant les organisateurs de la visibilité nécessaire pour la planification d'événements sur le long terme, et même si l'on sait désormais que l'E-Prix de Paris n'aura pas lieu et que d'autres rendez-vous sont menacés, la Formule E entend bien proposer le calendrier le plus étoffé de son Histoire avec 15 courses, soit deux de plus que le précédent record établi lors de la saison 2018-2019. "Nous avons un objectif très agressif et optimiste, faire 15 courses cette saison", a déclaré Alberto Longo, cofondateur et directeur de la Formule E. "Ce sera la saison comptant le plus grand nombre de courses de notre Histoire. Le tout alors que la pandémie est un élément très compliqué, comme vous pouvez l'imaginer." Le calendrier actuel prévoit déjà huit courses, à Diriyah, Rome, Valence, Monaco, Marrakech et Santiago, la première et la dernière ville devant accueillir deux E-Prix chacune. Les manches prévues en 2020 et pour la plupart annulées, comme Londres, New York, Berlin, Sanya et Seoul, pourraient s'ajouter à la liste si les conditions le permettent. Cela ne suffirait pas à atteindre le cap de 15 manches, sauf si plusieurs villes accueillent deux E-Prix, mais d'autres lieux sont également à l'étude. Longo précise que le championnat a "beaucoup de plans B et C" et qu'il doit se montrer "totalement flexible", fixant cependant le mois de septembre comme échéance pour boucler la saison, ce qui en ferait la date de fin la plus tardive de l'Histoire de la catégorie, déjà organisée pour la première fois sur une seule année civile. Selon de bonnes informations, la piste permanente de Vallelunga pourrait ainsi prendre la place du circuit urbain de Rome si la capitale italienne devait renoncer à accueillir le championnat. La présence du public sera un "élément clé" La sélection des villes et des circuits pour intégrer le calendrier 2020-2021 suit un impératif, la possibilité d'accueillir des spectateurs, les dirigeants de la Formule E ayant néanmoins conscience que l'évolution de la pandémie contraindra peut-être à renoncer au dernier moment à la présence du public sur certaines épreuves. "Vous pouvez voir certaines surprises dans ce nouveau calendrier", précise Longo, en référence au retour de Marrakech et à l'apparition de Valence. "Ces surprises sont là simplement parce que les courses absentes du calendrier ne nous auraient pas permis d'avoir du public sur place. Les courses figurant au calendrier le sont parce que nous sommes confiants d'y avoir des spectateurs. C'est un élément clé, et une décision clé pour nous." "Évidemment, nous n'aurons la confirmation de la présence du public dans chacun de ces événements qu'au dernier moment. Mais sur le principe, ils ont tous accepté qu'avec toutes les mesures que nous mettrons en place [face au] COVID, ils adoreraient avoir du public."