Assurland

Total et PSA se lancent dans la fabrication de batteries


L’Airbus européen des batteries prend son envol avec la création par PSA et Total de la coentreprise ACC, dont les sites de production sont situés en France et en Allemagne. L’enjeu est une capacité cumulée de 48 GWh d’ici à 2030. Hasard ou coïncidence. Dans la foulée du discours de Jean Castex, le Premier ministre, portant sur le plan de relance à 100 milliards d’euros destiné à faire face à la crise économique, PSA + Opel et Total (Saft) annonçaient la création d’une coentreprise, ACC (Automotive Cell Company). Cette coentreprise a pour objectif de produire des cellules et fabriquer des batteries destinées à accompagner "la croissance de la demande de véhicules électriques sur le marché européen" estimé à 400 GWh d’ici à 2030. Dans un premier temps, les deux usines, situées à Douvrin (Hauts-de-France) et à Kaiserslautern en Allemagne, visent une capacité cumulée de 8 GWh qui devra atteindre les 48 GWh d’ici à 2030. Cela permettra d’alimenter un million de véhicules électriques par an, soit plus de 10 % du marché européen. À titre de comparaison, la capacité de production maximale de la Gigafactory Nevada de Tesla (Gigafactory 1) est aujourd’hui de 35 GWh/an. Mais avant l’entrée en production de ces batteries, il s’agit de mettre au point de "nouvelles technologies de cellules lithium-ion haute performance". C’est le rôle de la R&D de Saft, la filiale de Total, sur son site à Bordeaux. Si, au départ, les deux usines produisent des batteries “classiques” dites liquides, les mêmes équipant les véhicules électriques actuellement, l'objectif est de passer rapidement à des batteries "solides" de quatrième génération, dont la densité énergétique est plus élevée, et surtout plus sécuritaire face au risque d'emballement thermique. Au-delà d'assembler des batteries, ces sites devront tout réaliser de A à Z, à savoir l'extraction du minerai, son traitement, la fabrication des — précieuses — cellules, des batteries, leur montage, et pour terminer le recyclage. Quant à PSA+Opel, il est là en tant qu’expert du marché automobile et de la "production en grande série". C’est d’ailleurs à Nersac (Nouvelle-Aquitaine) qu’un site pilote de production a été érigé. Celui-ci en phase de démarrage avait reçu, fin janvier 2020, la visite du président de la République, Emmanuel Macron. Cette coentreprise ACC sera dirigée par Yann Vincent, bientôt ex-directeur industriel du groupe PSA tandis que Ghislain Lescuyer, président de Saft, sera le président du conseil d'administration d'ACC. Le constructeur Renault devrait également intégrer, un peu plus tard, cette alliance.