Assurland

Six courses de Formule E en neuf jours


Six courses de Formule E en neuf jours pour Stoffel Vandoorne : "Dur et épuisant, mais je m'en réjouis !" Stoffel Vandoorne reprendra la compétition, comme les 21 autres pilotes engagés en Formule E, le 6 août prochain à l’occasion du premier des... six E-Prix programmés en l’espace de neuf jours à Berlin. Éphémère leader du classement de cette saison 6 du championnat de Formule E, le pilote officiel Mercedes, qui a chuté à la sixième place du général après ses contre-performances au Mexique et au Maroc, espère remonter la pente en Allemagne. "Ce sera vraiment sympa de reprendre la compétition à Berlin, a souligné Stoffel Vandoorne, dont les propos sont retranscrits sur le site officiel de la Formule E. Je me réjouis d’y être et de retrouver toute cette adrénaline. Remonter dans une "vraie" voiture (début juillet, lors d’essais privés, ndlr) après avoir été écarté des circuits pendant si longtemps - et avoir passé autant de temps dans le simulateur -, c’était vraiment un super feeling. On n’a pas tardé à reprendre nos marques. Je me suis tout de suite senti à l’aise dans la voiture, c’est très positif. Nous avons encore quelques essais et quelques journées dans le simulateur en prévision de Berlin, et la semaine qui précède, nous serons très occupés avec beaucoup de travail dans le simulateur." "Je ne me rappelle pas avoir passé autant de temps loin des sports moteurs, a repris SV. Le lockdown a été utile en termes, notamment, de préparation physique. D’habitude, avec tous les voyages, c’est plus compliqué de rester au top physiquement. Je me sens donc plus fort que jamais, et toute cette expérience m’aidera pour être prêt à Berlin, où tout sera intense et stressant. Six courses en neuf jours, ce sera extrêmement dur ! Tout le championnat va se jouer en neuf jours. Nous aurons sans doute de bonnes courses, d’autres où nous serons plus en difficulté... Les journées seront longues ! Avec aussi peu de temps entre les courses, les ingénieurs devront être au sommet de leur art pour extraire et nous transmettre toutes les informations souhaitées. L’autre difficulté, ce sera de gérer les trois versions différentes du circuit ! On ne sait pas encore quels seront les changements... Ce sera un gros challenge d’adapter les réglages de la voiture et de s’y habituer très vite, avec peu de données et de temps dans le simulateur. Mentalement, ces neuf jours seront aussi épuisants." Sixième du classement avec 38 points, à 29 longueurs du leader Antonio Felix Da Costa, le pilote belge ne veut pas se fixer d’objectifs précis lors de ces six courses berlinoises. "Au championnat, tout est encore possible, mais nous sommes encore des petits nouveaux dans cette compétition, a toutefois nuancé Stoffel Vandoorne. J’ai l’impression que nous allons revenir plus forts. Je peux m’améliorer, être plus constant. Mais nous devons nous rendre à Berlin sans avoir trop d’attentes, nous devrons nous concentrer sur nous-mêmes. Nous ne devons pas nous fixer d’objectifs précis. Si nous restons calmes, que nous faisons notre boulot et qu’on prend les courses l’une après l’autre, on a une chance de faire quelque chose. J’adorerais remonter sur le podium, ce serait super pour terminer la saison."