Assurland

Albon, d'une carrière dans l'impasse à Red Bull en 18 mois.


Il y a un an et demi, personne n'aurait prédit un tel destin à Alexander Albon, promu chez Red Bull Racing à partir du Grand Prix de Belgique. Voici l'histoire d'un pilote propulsé aux avant-postes quand personne ne l'y attendait. Pour Alexander Albon, l'ascension des formules de promotion avait tout des montagnes russes. Champion d'Europe et vice-Champion du monde de karting, Albon avait rejoint le Red Bull Junior Team en 2012 avant d'en être écarté dès la fin de cette campagne, sa première en monoplace, conclue à la 38e place du championnat d'Eurocup Formule Renault 2.0. Cela dans un contexte familial difficile, puisqu'en octobre 2012, sa mère Kankamol avait été condamnée à six ans de prison pour fraude dans un trafic de supercars. "C'était une année difficile pour moi pour de nombreuses raisons, notamment à cause de mes résultats, mais cela m'a fait travailler bien plus dur", déclarait l'intéressé l'an dernier. "J'étais à deux doigts d'arrêter le sport auto. Depuis, je savais que je devais impressionner à chaque fois que je prenais le volant." Albon a rebondi au sein du programme de jeunes pilotes de l'écurie Lotus F1 et a persévéré en Formule Renault, classé troisième de l'Eurocup en 2014 avant une septième place convaincante lors d'une saison 2015 particulièrement compétitive en F3 Europe. Mais Lotus a alors été racheté par Renault, et l'Anglo-Thaïlandais s'est de nouveau retrouvé sans le soutien d'une écurie de Formule 1. Il n'y avait pas de quoi le décontenancer, et Albon s'est classé vice-Champion de GP3 derrière un certain Charles Leclerc en 2016 avant d'obtenir des arrivées dans les points constantes pour ses débuts en Formule 2 l'année suivante. Cependant, à l'aube de la saison 2018, le jeune homme de 22 ans s'est retrouvé à court de budget. En général, les écuries ne transigeraient pas sur ce qui représente leur principale source de revenus ; le regretté Jean-Paul Driot et François Sicard, respectivement fondateur et directeur de l'équipe DAMS, ont néanmoins eu le mérite de faire des concessions afin de permettre à Albon d'exprimer son potentiel au sein de leur team, d'abord avec des contrats successifs pour chacun des premiers meetings.